RENCONTRE – Laure, fondatrice de Pilea, lieu dédié aux vêtements de seconde-main et coffee place

RENCONTRE – Laure, fondatrice de Pilea, lieu dédié aux vêtements de seconde-main et coffee place

Je vous présente ici un nouvel arrivant quartier gare, rue Glesener plus précisément. Une fois n’est pas coutume, et au vue de la situation actuelle, j’ai décidé d’aller à la rencontre de la propriétaire des lieux alors même que l’endroit n’est pas encore ouvert!

Je n’ai donc pas pu visiter et me faire une idée mais le concept m’a plu et j’ai eu envie de connaître l’histoire derrière ce lieu pour que vous soyez prêts à y aller dès son ouverture officielle!

Laure Cales a imaginé le concept store Pilea (qui désigne une plante grasse, que Laure affectionne particulièrement, représentée d’ailleurs sur son beau logo) dans un lieu cosy dans lequel vous trouverez des vêtements de seconde-main, du café et des gâteaux vegan. Le combo parfait en somme !

Rencontre.

Raconte-nous en quelques mots ton histoire

Je suis Laure, j’ai 29 ans et suis Luxembourgeoise d’origine. Avant Pilea, j’ai bossé 4 ans dans une ONG active dans la protection de l’environnement.

Depuis plusieurs années, les problématiques autour de la durabilité m’intéressent. Egalement passionnée de mode, j’ai commencé à me questionner sur l’origine de mes vêtements, et puis j’ai aussi adapté ma consommation de nourriture, mes gestes impactant l’environnement.

Tout ça a conditionné la naissance de Pilea !

L’entrepreneuriat était un rêve pour toi?

J’ai toujours voulu avoir mon entreprise! Le choix a été difficile mais il a aussi été évident car c’était le bon moment pour moi dans ma vie personnelle et aussi professionnelle avec une vraie envie de changement pour me tourner vers l’entrepreneuriat.

J’ai mis du temps à me décider sur l’emplacement pour Pilea mais Luxembourg-ville m’a paru le choix évident pour garantir un maximum de passages. Une fois le local trouvé, rue Glesener, l’aventure pouvait commencer.

Explique-nous ton concept!

Pilea est avant tout un concept qui prône l’ économie circulaire. Vous y trouverez donc des vêtements de seconde-main féminins, masculins et aussi pour enfants.

Comme j’aime aussi l’idée d’avoir un lieu où on peut rester, Pilea sera aussi un coffee shop avec vente de gâteaux vegan! C’est important pour moi de proposer de la nourriture vegan qui correspond à mes convictions personnelles. J’ai fait appel à deux cuisinières pour me fournir en délices sucrées chaque jour.

Il y aura aussi des plantes grasses et bouquets de fleurs séchées à la vente!

Tout le monde peut apporter des vêtements ?

Oui! J’accepte pratiquement tout tant que les vêtements sont en bon état.

La personne dépositaire peut soit choisir de faire un don soit de toucher une commission qui est fixée dans un contrat de vente. Par contre, si le prix de vente est inférieur à 20 euros, la personne ne touche rien mais 1 euro du prix sera reversé à une association locale. Entre 20 et 200 euros, la commission est de 30%.

Que feras-tu des vêtements invendus?

La personne peut m’indiquer qu’elle souhaite les récupérer. Sinon, après une saison, j’en ferai don à des associations de mon choix.

Quand espères-tu ouvrir?

Je commence maintenant à faire de la vente à emporter pour les cafés et gâteaux donc n’hésitez pas à venir pousser la porte!

Pour ce qui est des vêtements, je poste des photos sur mes RS et ils peuvent être achetés en ligne.

Merci Laure d’avoir répondu à mes questions et vivement qu’on découvre ce nouveau lieu centré sur l’économie circulaire dont on a bien besoin à notre époque où la fast fashion fait rage! Consommons raisonné !

T'as aimé ? Partage !Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email


2 thoughts on “RENCONTRE – Laure, fondatrice de Pilea, lieu dédié aux vêtements de seconde-main et coffee place”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Instagram